l^zig, Konifl«8tr. U

1 rt^ '^iLXa^ ^,J^

FLORE FRANCE

i[.

"Bes^^^çii^ÔmïiTmcric de Saintc-Aaalhc.

FLORE DE FRAIVCE,

ou

DESCRIPTION

DES PLANTES QlJl CROISSENT NATURELLEMENT EN FRANCE ET EN CORSE,

M. GRENIER,

DOCTEUR EN MÉDECINE ET ES SCIENCES, PROFESSEUR A LA FACULTÉ DES SCIENCES ET A L^ÉCOLE DE MEDECINE DE BESANCON ;

M. GODRON,

DOCTEUR EN MÉDECINE ET ES SCIENCES. PROFESSEUR A L'ÉCOLE DK MÉDECINE DE NANCV.

TOME DEUXIÈME.

A PARIS,

CHEZ J.-B. BAILLIÈRE, Libraire de l'Académie nationale de Médecine , 19, rue Hautefeoille ;

A LONDRES, COEZ U. BAILLIÈRE, 219, HEGEIST-STREET.

CHEZ DE SAINTE- AGATHE AÎNÉ, IMPRIMEUR-ÉDITEUR.

1850.

2 CORNÉES.

couverts de poils étoiles. Pétales lancéolés, piibescents , d'un jaune verdàtre, très-élalés, munis d'une nervure saillante. Anthères éclian- crées à la base. Style court. Baie globuleuse, noire, ou dorée (H. c/injsocarpa Rcq. mss.) ^ charnue, coriace, surmontée par le limbe du calice et les styles persistants. Feuilles éparses, persistant pendant l'hiver, d'un vert foncé, luisantes, coriaces, toutes pétiolées; les caulinaires cordiformes à la base, à 5-5 lobes triangulaires-acu- minés, le terminal plus grand; celles des rameaux fleuris entières, ovales-ellipliques, longuement acuminées. Tige rameuse, ligneuse, sarmenteuse-grimj)ante et atteignant parfois le sommet des plus grands arbres, produisant par une de ses faces un grand nombre de radicelles adventives au moyen desquelles elle s'accroche aux arbres et aux murailles. Fleurs verdâtres. Dans les lieux ombragés des bois, la plante ne produit que des tiges stériles, grêles, étalées à terre; les feuilles sont souvent veinées de blanc à la face supérieure. llab. La France et la Corse, sur les rocliers et dans les bois. ^ Septembre.

LX. CORHEES.

( CoHNE.E D C. prod. '4, p. 271. ) (1)

Le fruit est une drupe renfermant un noyau osseux, bi-triloculaire, quelquefois uniloculaire par avortement. Les autres caractères sont les mêmes que ceux de la famille des Araliacées.

CORNUS. (L. gen. 149.)

Calice (\ tube soudé avec l'ovaire, à limbe très-court, quadri- denté. Corolle à A pétales. Etamines -4. Styles réunis. Fruit drupacé, à noyau osseux, biloculaire, à loges contenant une seule graine.

C. MAS L. sp. 17i ; Lam. iU. tab. 74, f. i; DC. fl. fr. 4,

p. ^11; Dub. bot. 244 ; Lois. gall. \,p. 96. le. Clus. hist. ^. 12 ; Math. comm. 255. Schultz, eœsic. n"'* 277 et '^11 bis. Fleurs jauneSf paraissant avant les feuilles, en ombelle simple , petite , brièvement pédonculée, munie d'un involiicre à 4 folioles concaves, ovales, obtuses, égalant presque l'ombelle; celle-ci à 8-10 rayons courts, couverts de poils simples, appliqués. Pétales lancéolés, aigus, réfléchis. Drupe elliptique , atteignant 2 centimètres de longueur, ombiliquée au sommet, rouge à la maturité, acidulée et comestible. Feuilles opposées, brièvement pétiolées, elliptiques, acuminées, finement pubescentes et plus pales en dessous, à nervures parallèles- convergentes. Arbrisseau, ou arbre peu élevé, h. branches gri- sâtres, ta rameaux pubescents. Hab. Haies et bois des terrains calcaires. ^ Fl. mars-avril ; fr. septembre.

(t) Afjctore Grenier.

LORAMHACÉKS. 5

C. s.4iVGi)iiVE.% L. sp. 171 ; DC. fl. fr. A, p. 278; Dub. bol. 244; Lois. galL \,p. 96. le. Dod. pcmpt. 770; Lob. ir. p. 169, f. 2; Mafh. comm. 256. Fleurs blamhcsy [laraissant aprèi^ les feuilles, en cyme composée, terminale, assez longuenienl pédon- culée, sans involucre; pétales oblongs-lancéolés , pubescents exté- rieurement, très-étalés. Drupe globuleuse, de la grosseur d'un pois, couronnée par le limbe du calice, noire, ponctuée de blanc , amère et non comestible. Feuilles opposées, pétiolées, elliptiques, acumi- nées, à nervures parallèles-convergentes, finement pubérulentes et plus paies en dessous. Arbuste rameux dépassante peine un mètre de hauteur; rameaux pubescents, rougissant fortement au printemps; feuilles devenant rouges à l'automne.

Uab. Haies, bois, coteaux de France et de Corse, t, Fl. mai-juin; fr. sept.

{LoRANTH.£ Jiiss. et Ricti. anu. mus. t2, p. 292.) (i)

Fleurs régulières , unisexuelles. Fleur mâle : calice charnu-co- riace, soudé en tube à la base et terminé par un limbe 2-5-4-partite, àprénoraison valvaire; corolle nulle; étamines 4, à anthères sessiles et soudées aux sépales, introrses, s'ouvrant par plusieurs pores. Fleur femelle : calice soudé avec l'ovaire, à limbe obscurément 4- denté ; corolle à 4 pétales squamiformes, insérés au sommet du tube calicinal, à préfloiaison valvaire. Ovaire sondé au calice, à un seul carpelle, à une loge contenant un seul ovule accompagné de deux autres ovules très-rudimentaires. Celui-ci réduit au nucelle (Griffith, Decaisne), dressé au fond de la loge, droit (orlhotrope). Fruit bacciforme-mucilagineux, uniloculaire, à une seule graine. Celle-ci dressée, dépourvue d'enveloppes propres. Albumen char- nu. Embryon unique, parfois multiple, logé dans une cavité pra- tiquée à la surface de l'albumen ; cotylédons souvent soudés ; radicule courte, grosse, opposée au hile. Ces caractères se rap- portent spécialement aux espèces d'Europe. Plantes toujours vertes, parasites sur les végétaux ligneux, contenant un suc visqueux ; à tiges polychotomes, à rameaux articulés. Feuilles opposées, sim- ples, parfois squamiformes ; stipules nulles (2).

(1) Auctore Grenier.

(2) C'est a^ec un vif regret que nous nous sonîmes vus forces de renoncer à l'heureuse idée, qui nous avait été sucipérée par le savant membre de i'I ns ilut M. Decaisne, de rapprocher les Loranthacéesdes Santalacées. I! est certain que lorganisation dans ces deux familles, et surfout la structure de l'ovule, mi- litent puissamment en faveur de leur rapprochement dans un nouvel ar- rangement des familles; mais l'oblipation que nous nous sonniirs imposée. dans lintérét des praticiens , de respecter la classificatiou si généralement admise de M. De Candolie, ne nous a pas permis de donner suite à u:;e trans- position qui ne pouvait se faire sau^ entraîner de trop larges remanienjeuts dans cette classilicalion.

i LORANTIIACÉES.

VISCUM. (Toiirnef. inst. tab. 580.) Flours juonoïijiies et dioïques. Fleur mâle : calice à limbe i-fide. Corolle nulle. Elamines 4, à anthères sessiles, soudées aux divisions du calice, à cellules nombreuses, s'ouvrant par plusieurs pores. Fleur femelle : calice soudé avec Tovaire, à limbe très-court, obs- curément quadridenté ; corolle à A pétales squamiformes, charnus, élargis à la base. Fruit sessile, bacciforme, à une graine; sarcocarpe blanc, mucilagineux ; endocarpe vert, appliqué sur la graine. Albu- men et embryon colorés en vert.

\. AI.BUM L. sp. 1451; DC. fl. fr. A, p. 'il'5; Diib. bot. 246; Lois. gall. 2, p. 546. le. Fuchs. hist. p. 529; Math. comm. 2, ]). 161 ; Gœrln. fruct. 1, ;). 151, tab. 27. Fleurs en petites têtes sessiles, terminales ou axillaires. Baies globuleuses, b'anches , presque transparentes, contenant un suc visqueux. Feuilles épaisses, coriaces, oblongues, obtuses, atténuées et subcanal iculées h la base, à 5-5 nervures faibles. Tiges de 2-5 décimètres, arrondies, d'un vert-jaunâtre, à ramifications articulées, divergentes et formant une toulîe subglobuleuse.

liai). Sur les arbres dicotylédones et priucipalenient sur les pommiers el poiriers. Observée sur le Pinnss\jlcestris dans la vallée du Quayras {Gren.), et sur les peupliers à Nancy iGodr'.). f, Fl. mars-avril; fr. août-novembre.

ARCEUTOBIUM. (Bieb. taur.-cauc.ô, p. 629.)

Fleurs dioïques. Fleurs mâles sessiles , à calice charnu, tri- partite et rarement 2-4-partite; corolle nulle; anthères en nombre égal aux divisions du calice, sur lesquelles elles sont soudées, unilo- culaireSf s'ouvrant transversalement par une fente; un rudiment d'ovaire glanduleux , bi-trilobé. Fleurs femelles courtement pé- dicellées, à calice formé d'un tube ovale, comprimé, soudé avec l'ovaire, et d'un limbe bidenté; corolle nulle; stigmate sessile ; fruit bacciforme, à une graine, s'ouvrant avec élasticité et projetant sa graine (comme le Momordica Elaterium L.).

4. OxYCEORi Bieb. L c; Viscum Oorycedri DC. fl. fr. 4,

p. 274 ; Dub. bot. 246; Lois. gall. 2. p. 546; Rcquien, ann. se. nat. 1845, vol. 20, p.'SS) ; Reinaud de Fontvcrt , ann. sr. nat. 1846, vol. 6, p. 129. le. Clus. hist. 59. Fleurs 1-5, axillaires et ter- minales. Fleurs mâles sessiles sur le dernier article très-court du rameau simulant un court pédoncule; sépales obovés et subcuculli- formes au sommet, portant à leur centre une anthère sessile; celle-ci «'ouvrant par une fente et offrant après l'anthèse la forme d'une capsule circulairement ouverte. Fleurs femelles formées de deux sépales, ou plutôt de deux lèvres courtes entre lesquelles apparaît le sommet de l'ovaire surmonté du stigmate sessile. Fruit d'abord sessile, puis pédicellé, ovoïde, long d'environ 2 millimètres sur un millimètre de lartre ; la moitié inférieure qui contient la graiiie

CAIMlIFOl-IACr-KS. t'y

uni(iuc csl cylindrique, lissu, curi;icc, Iniiispiiieiilc et d\iii \oil pâle; lieux lignes longilu(lin:ilcs et opposées indiquent les commissures (les sépales; la partie su|)érieur(! du fruit, en forme de Ijonnet échancré au sommet, est |)ulpeus(!, opaipu', d'un vert plus foncé et blanchissant par la dessiccation. A la ni.iturité (c'est-à-dire 14 mois après sa floraison) le fruit se sépare subitement et avec élasticité du pédoncule, et la graine est lancée parfois à un mètre de dislance hors du péricarpe qui reste vide. La graine en s'échappanl est en- veloppée d'une couche visqueuse provenant du sarcocar[)e, et qui lui sert à se fixer sur les plantes voisines. Feuilles oi)[)osées et ré- duites à de petites écailles qui, à leurs aisselles, produisent les ra- meaux ou les Heurs. Tiges de 2-8 centimètres, formant des touffes très-serrées, glabres, plusieurs fois dichotomes, et assez semblables à de pctils exemplaires de Saliconiia herbacea L.

Hab. Sur \c Juniper us Oxiiccdri et J. rommuuis, à 12 kilonièi. de Sisleroii, dans la commune de Châteaù-Arnoux , au lieu dit Quartier de Pittrus, et sur le territoire de Montfort ; sur la commune d'.^ug^i, plus près de Fortcalquier. ^ Septembre.

ijinn. caprifolijlckes.

(C*PKiFOLi40E.'E A. llich. (lict. class. 3, p. «72. ) (1)

Fleurs hermaphrodites, régulières ou irrégulières. Calice soudé inférieurement en tube adhérent à Tovaire , limbe très-court, divisé en 2-5-5 dents. Corolle insérée au sommet du tube calicinal, gamopétale, 5-fide et rarement 4-lide, à préfloraison imbricative. Etamines 5 et rarement 4, libres, insérées sur le tube de la corolle, en nombre égal à celui des pétales et alternes avec eux, ou bien en nombre double mais à anthères uniloculaires. Ovaire à 5-5 loges uni-pluri-ovulées. Ovules suspendus, réfléchis (anatropes). Fruit bacciforme, à 5-5 loges contenant une ou plusieurs graines, ou quelquefois uniloculaire par la destruction des cloisons. Embryon logé dans un albumen charnu ou corné. Plantes herbacées ou for- mant des arbrisseaux plus ou moins élevés, quelquefois sarmenteux- volubiles. Feuilles opposées.

Trib. 1. SAMBUCÏNE.^ A. Rich. l. c. Corolle régulière, en roue. Ovaire à loge^ uni-ovulées. Stigmates 5-5, sessiles ou portés par des styles distincts. Graines à raphé introrse.

ADOXA. (L. gen. 501.)

Calice à limbe 2-5-lobé, étalé, accrescent. Corolle rotacée, à tube très-court, à limbe 4-5-partite. Etamines 4-5 ; filets divisés dans

(1) Auctore Grenier.

8 CAI'RIKOLIACÉKS.

rarement glal)res (F. lucidum Mill.), glanduleuses en dessous; stipules nulles. Arbuste rameux de 1-2 mètres, à feuilles per- sistantes en hiver; fleurs blanches, parfois rosées extérieurement, presque inodores.

Ilab. Bas Langiiciioc; Pyréaces-Orienlales; presque tonte la région des oliviers en rrovence; Corse. \j Fi. de février en été ; fr. aoiit.

V. I.Ai¥T.%iWA L..^p. 584 \DC. II. fr. i, p. 275 ; Dub. bot. 245 ; V. tomcntosum Lam. fl. fr. 5, p. 565. le. Math. comm. 196; Tourn. inst. 5, tab. 577. Sclmliz, €.T.«icc. 246. Fleurs à divi- sions égales f en cyme serréo , pédonculée , à rameaux tomenteux. Dents du calice ovales, obtuses^ persistantes. Corolle rotacée-cam- panulée , 4 fois plus longue que le calice, à segments arrondis- obtus, égaux, lîaies ovales, comjjriméesy vertes, puis rouges, à la lin noires. Graine cornée^ ovale, très-comprimée^ parcourue sur chaque face par deux sillons qui forment une ellipse. Feuilles pétiolées, ovales, obtuses, dentées^ en cœur à la base, plus pilles en dessous et fortement veinées, tomenteuses sur les nervures, munies de poils en étoile dans leurs intervalles; stipules nulles. Arbuste rameux, de 1-2 mètres; fleurs blanches, odorantes.

Ilab. Les haies el les collines, i) Fl. mai ; fr. juillet-août.

\. OpDLiJS L.sp. 584; DC./l. fr.A,p. <il^;Dub. bot. 245; Lois. gall. 1, p. 220; V. lobatum Lam. fl. fr. 5, p. 565; Opulus glandulosus Mœnch. meth. 505. le. Math. comm. 607 ; Dod. pempt. 854. Fleurs à divisions inégales, en cyme laclie, plane, pédonculée, à rameaux glabres. Calice à dents ovales-obtuses, très-petites. Corolles de la circonférence très-grandes, irrégulières à la manière de celles des Jberis, planes, blanches, stériles ; celles du centre plus petites, campanulées, d'un blanc-jaunàtre, régulières. Baiesglobuleuses,?io/icom]}nmee5, succulentes, d'un rouge vif. Graine ovoïde, presque en cœur à la base, non sillonnée. Feuilles presque glabres en dessus, plus ou moins pubescentes en dessous, à pétiole portant surtout dans la moitié supérieure des glandes cupuliformes ; limbe k 5-5 lobes profonds acuminés-dentés, arrondis ou un peu en cœur à la base; stipules sétacées. Arbuste rameux, de 2-5 mètres; fleurs blanches, souvent pleines et en cyme sphériques dans les bosquets.

ilab. Bois el taillis. 5 Fl.juin; fr. septenibie.

Trib. 2. CAPRIFOLIE.E A. Rich. l. c— Corolle tubuleuse- infandibuliforme ou campanulée, à limbe bilabié ou ^-fidc. Ovaire à loges pluriovulées. Style indivis, à stigmate trilobé.

LONICERA. ^L.gcn.255.)

Calice à limbe 5-denté. Corolle tubuleuse, ou irrégulièrement ram[)anulée, à limbe divisé en deux lèvres, la supérieure 4-lobée ,

CAl'HIFOLIACÉES. 9

rinférioure ontirre. Ktarnines 5. Style filiforme, à slifiniate 5-lobé. Fruit bnccilorine , succulent, à 3 loges dont cliacune contient 2-5 graines, ou uniloculaire par la destruction des cloisons.

Sect. 1. C\pim'OLirM /,. /. r. Fleurs en tôles terminales et en taux verli- cilles; lipes voUibiles.

■^. iiMi>i.i:x.% Ait. hort. Kew. 1, p. J51 ; L. balearica Viv. cors^. p. A; I) C. II. fr. 5, p. 490 ; Duh. bot. 245; Lois. gall. 1, j). 158. le. Dod. pcmpt. /lOC? f. dcxt. Fleurs verlicillées en tète terminale, sessile au centre d'un plateau formé par les deux feuilles florales soudées-perfoliées, et formant souvent au-dessous un faux verticille. Calice à dents courtes, obtuses. Corolle pubescente, à tube plus long que le limbe; lèvre supérieure à 4 lobes obtus, dépassant souvent les 2/3 de la longueur du tube; lèvre inf. plus longue, entière. Style ordi- nairement hérissé. Baies ovales , non soudées, d'un rouge écarlate. Vqw\\\q^ 'persistantes f très-coriaces ^ oblongues, luisantes en dessus, glauques en dessous, entières; celle des rameaux fleuris d'autant plus largement soudées qu'elles sont plus voisines du sommet; celles des rameaux stériles presque sessiles. Tige sarmenteiise, glabre même sur les jeunes rameaux. Fleurs purpurines ou jaunâtres, odorantes. Cette espèce diffère du L. Caprifoliiim par ses feuilles bien plus coriaces, plus épaisses et persistantes, oblongues et non suborbicu- laires; par ses fleurs de 1/5 plus petites, à lèvre supérieure divisée en quatre lobes qui atteignent presque les 2/5 de leur longeur; par les rameaux très-glabres et souvent glauques.

/7a(). Bords de la Méditerranée , et presque toute la région des oliviers; la Corse, i) FI. mai-juin; fr. août.

I^. Caprifoocim L. sp. 246; DC. fl. fr. 4, p. 270; Dub. bot. 245; Lam. ill. tab. 150, f A; Lois. gall. 1, p. 158; L. pallida Host. aust. 1 . p. 298 ; Mut. fl. fr. 2, p. 72. le. Dod.pempt. 406?; Lob. hist. 557?. Schullz, eœsicc.n°^'^Al et\010. Fleurs verlicillées en tète terminale, sessile au centre d'un plateau formé par les deux feuilles florales soudées-perfoliées, et souvent munies sous le capi- tule d'un faux verticille. Calice à dents courtes, obtuses. Corolle pubescente, à tube plus long que le limbe, à lèvre supérieure à 4 lobes obtus, atteignant à peine 1/5 de la longueur de la corolle ; lèvre inférieure plus étroite, oblongue, entière. Style glabre. Baies ovales, non soudées, d'un rouge écarlate. Feuilles caduques, un peu coriaces, glauques en dessous, entières, eUiptiqucs-suborbiculaires; celles des rameaux fleuris d'autant plus longuement soudées qu'elles se rapprochent plus du sommet; celles des rameaux stériles munies d*unpétiole qui dépasse souvent 1 /4 de leur longueur. Tiges sarmen- teuses, volubiles , pubescentes sur les jeunes rameaux. Fleurs purpurines, ou d'un blanc-jaunatre (L. pallida), odorantes.

Ilab. Bois du calcaire jurassique d'Alsace el de Lorraine, Nancy, Metz, etc.: souvent cultivé. ^ Mai-juin.

iO CAPRIFOLIACÉES.

Wj. ETRiisi\% Santi, viagg. 4, p. 115, tab. 1 ; DC. /î. fr. 5,

f. 500; Duh. bot. 245; Lois. gall. \,p. 159; L. Periclymenum Gouan, hort. 101. Schultz, eœsicc. »i° 248.— Fleurs verticillées en tête longuement pédonculée. Calice à dents courtes, subaiguës. Corolle clabre, à tube plus long que le limbe; lèvre supérieure divisée en quatre lobes obtus, les 2 latéraux égalant moitié de la longueur de la fleur; lèvre inférieure étroite, entière. Style glabre. Baies ovales, d'un rouge \\ï. Feuilles caduques, un peu coriaces , glauques et ordinairement pubescentes en dessous, entières, obovées ; celles des rameaux fleuris d'abord courtement pétiolées, puis sessiles et enfin perfoliées. Tiges sarmenteuses , à rameaux souvent pubes- cents-hérissés. Fleurs purpurines et jaunâtres, odorantes.

Hnb. Toute la rcfïion niédilerranéeune; Prats-de-Mollo, Perpignan, Nar- bonne, Montpellier, Marseille, Toulon; remonte en Auvergne jusqu'à Clermont {Lcroq ctLamoHe), le long des bords du Rhône jusqu'au-delà de Lyon et Belley, elle loug de la Durance jusqu'à Gap; la Corse. Juin-août.

L. Peri€lyiiie::%'ijiii L. sp, 247; DC. fl. fr. 4, p. 270; Dub. bot. 245; Lois. gall. 1, p. 159. le. Dod. pempt. 40G; Lob. hist. 558; Black, tab. 25. Fleurs verticillées en tète longuement pédon- culée. Calice à dents lancéolées-aiguës. Corolle pubescente, à tube plus long que le limbe, à lèvre supérieure divisée en 4 lobes attei- gnant 1/5 de la longeur de la fleur; lèvre inférieure étroite, entière. Style glabre. Baies ovales, d'un rouge vif. Feuilles caduques, ovales- lancéolées, aiguës, parfois sinuées - incisées , brièvement pétiolées ; les supérieures sessiles, jamais perfoliées. Tiges sarmen- teuses, à rameaux pubescents au sommet. Fleurs d'un jaune- rougeâtre, odorantes.

Hab. Les bois et les haies. ^ Juin-août.

Sect. 2. Xylostelm L. l. c. —Fleurs géminées sur des pédoncules axillaires: arbrisseaux dressés, non volubiles.

a. Deux baies distinctes.

Li. Xylostevii L. sp. 248 ; D C. fl. fr. 4, p. 271 ; Dub. bot. 245; Lois. gall. 1, p. 159. le. Duham. arbr. 2, tab. 54; Dod. pempt. 407. Fleurs très-velues, égalant le pédoncule velu; bractées linéaires, plus longues que l'ovaire. Calice à dents courtes, obtuses, persistantes. Tube de la corolle bossu à la base, plus court que le limbe; lèvre supérieure obovée-tronquée, à 4 lobes obtus; lèvre inférieure plus étroite, entière. Filets des étamines et styles velus. Baies globuleuses, déprimées, soudées à la base, rouges. Feuilles caduques , molles , velues , blancbâtres en dessous , en- tières, ovales, toutes pétiolées. Arbrisseau à tige dressée, de 1-2 mètres, rameuse. Plante d'un vert pâle; fleurs petites, d'un blanc-jaunàtre.

Hab. Haies et buissons, bords des bois. t> Mai-juin.

CAPHlFOLIACf'KS. H

L,. ]ViCiR.% /.. .S']). 247; J)C. /l. fr. 4, p. 271 ; Dnb. bot. 245; Lois. (jall. 1, }}. 159. le. Jacq. aust. lab. 514. Schultz, eorsicc. n°^ 52 et 455. Fleurs glabrescenles, 5-4 fois plus courtes que le pédoncule grêle et glabre ; l)raclées ovales, plus courtes que Tovaire. Calice à dents courtes, persistantes. Tube de la corolle forteriient gibbeux à la base, gros et plus court que le limbe ; lèvre supérieure obovée-tronquée, à 4 lobes obtus; lèvre intérieure plus étroite et entière. Filets des étamines et style poilus à la base. Baies ovoïdes, couronnées par les dents persistantes du calice, soudées à la base, noires. Feuilles molles, oblongues-elliptiqiies, tout h fait glabres lors de leur entier développement, pubescentes en dessous sur les nervures dans leur jeunesse. Arbuste à tiges dressées, de i mètre et plus, rameuses. Corolles blanches intérieur^ et rosées extérieur'.

Ilah. Escarpements des hautes Vosges; région supérieure de la chaîne jurassique, et ne descendant pas au-desous de !a région moyenne des sapins; mont Pilât près de Lyon; haute Auvergne; Cévennes; Alpes et Pyrénées. i) Mai-juiD.

lu. PYREIVAICA l. sp. 248 ; D C. fl. fr. 4, p. 272 ; Dub. bot. 246; Duham.ed.2,voL i,p. 55, tab.\5. Fleurs glabres , presque régulières, à peu près de la longueur du pédoncule glabre; bractées lancéolées-aiguës, un peu plus courtes que Tovaire. Calice à dents lancéolées, persistantes. Tube de la corolle campanule, velu inté- rieurement et à peine gibbeux à la base, plus long que le limbe glabre sur les faces; celui-ci divisé en 5 lobes à peu près égaux. Etamines glabres. Style velu à la base. Baies globuleuses, soudées parla base, rouges. Feuilles caduques, un peu coriaces, glabres, oblongues, entières, atténuées en un très-court pétiole. Tige dressée, atteignant à peine un mètre, rameuse. Plante d'un vert-glauque, à bois fragile; fleurs blanches à peine rosées, odorantes.

Hab. Région alpine de la chaîne des Pyrénées, de Pratz-de-Mollo aux Eaux- Bonnes: Tour-de-Mir; Pont-de-Lafons, Pech-de-Bugarac, Pic-de-Gard, Port-de- Vieille, Saint-Mamet, Esquierry, Pic-de-i'Hièris, Saint-Béat, mont Laid, etc. % Juin.

b. Baies soudées en une seule.

!.. Ai^PiGEMA L. sp. 248 ; D C. fl. fr. 4, p. 272 ; Dub. bot. 246; Lois.gall. \, p. 159. Ic.Duham. arbr. éd. '^.vol. 1, p. 54, tab. 16. Fleurs bilabiées, pubescentes, 5-4 fois plus courtes que le pédon- cule glabre ; bractées linéaires, 2-5 fois plus longues que Tovaire. Tube de la corolle court, gibbeux à la base ; limbe bilabié, lèvre supérieure bi-dentée, lèvre inférieure étroite et entière. Filets des étamines et style hérissés. Baie ovoïde, rouge Feuilles épaisses, grandes et dépassant souvent un décimètre, ovales-oblongues, acu- minées, entières, brièvement pétiolées, pubescentes en-dessus. Tige dressée, rameuse, d'un mètre environ de hauteur. Fleurs d'un blanc-rosé.

Hab. La zone subalpine du Jura et de l'Auvergne; Alpes et Pyr.; raaoqne dans les Vosges. ^ Mai-juin.

12 RLBIACÉES.

lu. c.£Rt;i.i:A A. sp. 241); D C. fl. fr. 4, y;. 272; />u6. bot. 246; Loi5. ^a//. 1 , p. J 39. le. Duham. arbr. éd. 2, eol. \ , 2^. 54, tab. 17. Fleurs presque régulières^ campanulées, velues, 5-6 fois plus longues que le pédoncule pubescent ; bractées linéaires, deux fois plus longues que Tovaire. Corolle à tube égalant moitié de la lon- gueur de la fleur, fortement gibbeux à la base, cylindrique, puis s'évasant en un limbe presque régulier, subcampanulé, et à 5 lobes. Filets des étamines pubescents inférieurement. Style glabre. Baies globuleuses, d'un bleu-noir. Feuilles de 2-5 centimètres, brièvement pétiolées. Tige dressée, brunâtre, rameuse, atteignant rarement un mètre. Fleurs jaunâtres.

Uab. Les plus hautes vallées du Jura, val de Joux ; Alpes et Pyrénées. 1) Avril-mai.

ESPÈCE EXCLUE.

Lmnv.EA BOREALis L. sp. 880. Cette plante n'existe ni en Alsace ni dans les Cévennes, elle a été indiquée.

LXIII. RLBIA€EEI§i.

(Rlbiace.ï Juss. gen. 196, part.) {i)

Fleurs hermaphrodites et rarement unisexuelles par avortement, régulières. Calice k 4-5, plus rarement 2-5-6 sépales soudés à la base en tube; celui-ci adhèrent à l'ovaire; limbe court ou presque nul, caduque ou persistant. Corolle gamopétale insérée sur le tube calicinal, 4-5-G-fide et très-rarement 5-ride, rotacée, infundibuli- forme ou campanulée, caduque, à préfloraison valvaire. Etamines insérées sur le tube et en nombre égal à celui des divisions de la corolle avec lesquelles elles alternent; anthères biloculaires, in- trorses. Ovaire adhérent au calice, formé de 2 carpelles, rarement plus, ou d'un seul par avortement ; carpelles ta 2 loges, très-rarement à une seule, ou à un plus grand nombre; loges uni-pluri-ovulées. Ovule dressé (atrope) , réfléchi (anatrope) ou plié (amphitrope); Styles 2, soudés ou presque libres. Fruit sec, plus rarement charnu, i)i-pluri-loculaire, à loges à une seule graine, didyme et composé (dans nos espèces) de deux carpelles subglobuleux, contenant chacun une seule graine, indéhiscents, se séparant ordin^ k la maturité; plus rarement le fruit est réduit à un seul carpelle par avortement. Graines ordinairement dressées. Embryon logé dans un albumen corné; radicule rapprochée du bile. Plantes herbacées ou sufl'ru- ticuleuses, articulées ; feuilles entières, sessiles, verticillées.

(f) Auctore ft renier.

RUBIACÉKS. 13

RUBIA. (L. gen. 127.) Calice ù limbe presque nul, obscurément denté. Corolle rotacée- planCf à limbe ^-ri-fide. Etamines subexsertes. Vrmlcharnu, formé de deux carpelles bacci formes, et n'offrant plus à la m;ilurité de vestiges du lin)bc calicinal.

R. PEREGRiiiA L. sp. 158; D C. fl. fr. 4, p. 267 ; Duh. bot. 247; Lois. gall. i^p.Wiî; Coss. et Germ. fî. par. 505. le. Lam. m. tab. GO, f. 2; Morison, s. 9, tab. 21, f. 8. Fleurs en grappes axillaires, opposées et terminales, pédonculées, trichotomes ; pé- dicelles étalés. Corolle à divisions brusquement cuspidées. kn- [hères suborbicuîaires. Stigmate e/i tête. Baies noires, de la grosseur d'un pois. Feuilles verticillées par 4-6, très-variables dans leurs formes, obovées, oblongues ou lancéolées, coriaces, luisantes, uni- nerviées, mucronées, à bords et à nervure dorsale fortem^ denticu- lés-épineux, à réseau des nervures paraissant à peine à la face infé- rieure. Tiges de 5-15 décimèt., glabres, aiguillonnées-accrocliantes, parfois presque lisses, diffuses, rameuses, couchées et grimpantes, quadrangulaires, (if partie inférieure persistante. Racine longue, rampante. Fleurs jaunâtres.

a. lalifolia. Feuilles largement ovales, oblongues ou obovées. R. lucida L. syst. nat. 12, p. 752; Viv. cors. p. 2; DC. fl. fr. 4, p. 268; Dub. bot. 217 ; Lois. gall. 1 , p. 116 !

p. intermedia. Feuilles ovales ou ovales-lancéolées. R. peregrina L. et omnium ferè auct.

y. angustifolia. Feuilles étroitement lancéolées ou sublinéaires. R. longifolia Poir. suppl.'^, j). 705; DC. prod.A., p. 589; R. Requienii Dub . bot. ^Al; Req. exsicc.I; R. angustifolia L. mant . p. 59; Lois. gall. 1, p. 216. Malgré l'autorité de Linné et de De CandoUe, nous avons réuni cette plante au R. peregrina, n'ayant pu constater entre elles d'autres différences que celle des feuilles, caractère qui ne nous a pas semblé suffisant pour constituer une espèce. Peut-être qu'étudiées sur le vif, ces deux plantes donneront des caractères différentiels plus importants?

Hab. Coise; toute la région des oliviers de TS'ice à Perpignan; remonte dans l'ouesl juscjuau-delà de Paris, et parles bords du Rhône jusqu'au-delà de Lyon ; Màcon {rarceval); ver. y Corse, Vico {Heq.l). ^ Mai-juillet.

R. TiMCTORViii L. sp. 158; DC. fl. fr. 4, p. 267; Dub. bot. 247 ; Lois. gall. 1 , p. 11 5. le. Lob. obs. 405 ; Fuchs, hist. 280; Math. comm. 2, p. 271 ; Morison, sec. 9, tab. 21, f.\. Cette espèce diffère de la précédente par ses anthères linéaires-oblongues ; ses stigmates en massue; ses feuilles à réseau des nervures saillant à la face inférieure ; par ses tiges entièrement annuelles, et dont la base n'est pas ligneuse-persistante.

Hab. Tout le Midi, et se retrouve subsponlance dans presque toute la France; elle est cultivée à Montpellier, à Avignon, en Alsace, f Mai-juin.

44 RUBIACÉES.

GALIUM. (L.gen. 125.) Calice à limbe presque nul, obscurément denté. Corolle rotacée- plane, à limbe quadrifide. Fruit sec, à 2 carpelles subglobuleuœ, se séparant à la maturité, et n'offrant plus de vestiges du limbe du calice (1).

g 1. Feuilles trinerviées.

Sect. 1. Cruçuta Tourn. inst. U 5. Inflorescence a.Ti//aùer fleurs poly- games; pédoncules recourbes après la floraisou et cachant les fruits sous les feuilles. G. cruciata Scop. G. vernum Scop.

Sect. 2. Platygàlium Xorh. si/rj. 564. Inflorescence en pr/nirit/e terminale;

fleurs hermaphrodites ; pédoncules fructifères dressés.

G. rotundifolium L. G. ellipticum WiUd. G. boréale L.

g 2. Feuilles unineuviées.

A. Plantes vivaces.

Sect. 5. Asperulopsis JSob. Corolle munie d'un tube saillant; le reste comme dans la section suivante.

G. glaueum L.

Sect. 4. EuGALiUM Koch. syn. .ô6i. Inflorescence en cyme ou en panicule terminale; fleurs hermaphrodites; corolle rotacée, dépourvue de tube; pédicelles fructifères dressés. Tiges glabres ou pubescentes, mais dépourrues d'aiguillons réfléchis.

a. Fleurs jaunes ou jaunâtres. G. arenarium Lois. G. eminens Nob.

G. yerum L. G. approximalum Nob.

G. decolorans Nob. G. ambiguum Nob.

b. Fleurs blanches ou rouges.

i. Tiges dressées ou ascendantes ; fleurs en panicule pyramidale dressée.

G. purpureum L. G. erecluni Huds.

G. sylvaticum L. G. Bernard! Nob.

G. laeviptum L. G. corruda'folium Vill.

G. marilimum L. G. cinereum Ail.

G. elatum Thuill. G. venustum Jord. G. neglectum Le Gall.

(I) Il nous sera souvent impossible de tenir un compte exiictdcs s\nonymes de nos devanciers, attendu (pie souvent une de leurs espèces correspond à plu- sieurs et même;» tout un f^roupe des nôtres. Ainsi le G. obU'.jUum ]ill. répond à nos six espèces du {ïrou|)e du G. niyrianthum, bien que Villars ail eu probable- ment plus particulii-rement en vue les G.miirianihum et G. al picola, \\ouions (|uc M. Jordan, dans sa docte monop:iaphie de nos espèces, a jeté un jour tout nouveau sur une foule d'espèces inaperç^ues jusqu'à lui, et (jne ses descrip- tions, failes avec luic précision qui ne laisse rien à désirer, ont servi de base à notre Iravail. M. Jordan a fait, selon nous, pour le genre Galium ce que Weihe a fait pour le gorire linbus.

HUBIACÉES. i5

2. Tiges grdcs, décomhantes ; panicule étalée-diffuse.

Fleurs rouges. G. rubruni L. G. Prostii Jord.

G. corsicuni Spr. G. rubidum Jord.

" Fleurs blanches ou blanchâtres. n. Lobes delà corolle aristès.

G. myrianthum Jord. G. alpicola Jord.

G. luteolum Jord. G. brachypodum Jord.

G. leucophaBum Nob. G. lajtum Jord.

nn. Lobes de la corolle aigiis ou mutiques.

G. colliuum Jord. G. LapeyrousiaDum Jord.

G. scabridum Jord. G. anisophyllon Vill.

G. Timeroyi Jord. G. teoue Vill.

G. implexum Jord. G. pusillum L.

G. Fleuroti Jord. G. cœspitosum Rara.

G. inlertextum Jord. G. pyrenaïcum Gouan.

G. papillosum Lap. G. heheticura Weig.

G. sylvestre Poil. G. megalospermura Vill. (Villar-

G. cominutatuni Jord. sii Req.)

G. montanum Vill. (G. laeve Thuill.). G. commeterrhizoD Lap.

G. argeoteum Vill. G. saxatile L.

Sect. 5. Aparinoides Jord. Le. Inflorescence en panicule terminale; fleurs hermaphrodites; pédicelles fructifères dressés ; tiges plus ou moins pourvues d'aiguillons réfléchis.

G. palustre L. G. débile Desy. ( G. constrictum

G. elongatum Presl. Chaub.)

G. uliginosum L.

B. Plantes annuelles.

Sect. G. Aparine A'ob. Inflorescence paniculée ou axillaire; tiges plus ou moins pourvues d'aiguillons réfléchis : racine annuelle.

a. Fleurs paniculèes.

G. setaceum Lam. G. decipiens Jord.

G. divaricatum Lam. G. tenelhim Jord. G. parisiense L.

b. Fleurs axillaires ; pédoncules multifores, G. aparine L. G. tricorne With.

G. spurium L. G. saccharatum Ail.

c. Fleurs axillaires ; pédoncules uniflores. G. minutulum Jord. G. murale Ail.

G. verticillatum Danth.

1(3 RL'BIACÉES.

g i. FeLILLE.s TKIKKRVIÉES.

Sect. i. Criciata Tourucf. inst. \\n.— Inflorescence n.cillaire ; fleurs polyga- mes; pédoncules recourbes après l'anthèse et cachant les fruits sous les feuilles tiincrvlccs.

G. Cruciata Scop. cani. \ , p. 100; D C. fl. fr. 4, p. 250 ;

Dub. bot. 247; Lois. gall. 1, p. 108; Coss. et Germ. fl. par. 361, tab. 22, A; Valantia cruciata L. sp. 1401 ; Vaillantia cruciata Lam. m. tab. 845, f. 1. le. Docl. pempt. 555; Lob. obs.AGl, f. 5. Fleurs 3-8, polygames, en cymes axillaires, ])ien plus courtes que les feuilles; pédoncules hérissés, munis de bractées lancéolées; fleur terminale des rameaux hermaphrodite et fertile; les latérales mâles et stériles. Divisions de la corolle ovales, briève- ment acuminces. Etamines dressées, puis réfléchies dans les sinus des lobes de la corolle. Fruits gros, glabres, lisses. Feuilles hispides et très-rarement glabres, longuement ciliées, quaternées, ovales- elliptiques, obtuses, veinées en réseau, h trois nervures dont les deux latérales bien moins visibles que la médiane, très-étalées puis réfléchies. Tige de 2-9 décim., quadrangulaires, sillonnées, simples, dressées ou ascendantes-dill'uses, hérissées ainsi que les feuilles de longs poils ^/ancs étalés. Plante d'un vert-jaunâtre; fl. jaunes.

Jlab. Haies, buissons, prés, bois, dans presque toute la France; Corse. ^ Avril-mai.

Cr. TERiviTM Scop. carn. 1, p. 99, tab. ^^ D C. fl.fr. A, p. 550; Dub. bot. 547; Valantia glabra L. sp. 1491. Le. J. B. hist. 3, p. 717, f. 2. Fleurs 2-7, polygames, en cymes axillaires plus courtes et parfois presque aussi longues que les feuilles; pédoncules dépour- vus de bractées; fleurs presque toutes fertiles. Divisions de la corolle lancéolées-acuminées. Etamines d'abord dressées, puis réfléchies entre les sinus de la corolle. Fruits glabres et lisses. Feuilles glabres ou pubescentes, ciliées, quaternées, à 5 nervures, ovales-arrondies. oblongues ou Iiancéolées sur la même tige. Celle-ci de 1-5 déci- mètres, tétragoue, dressée ou <lécombante, simple, glabre ou pu- bescente. Racine grêle et rampante. Fleurs jaunes. Cette plante présente tous les états depuis la pubescence complète, jusqu'à l'ab- sence totale de poils.

a. Bauhini. Feuilles ovales; fleurs jaunes. G. Bauhini B. S. syst. 3, p. 218 ; Lois. gall. 1 , p. 108.

p. Llalleri. Feuilles plus étroites; fleurs d'un jaune pâle. G. LLal- leri B. S. l. c; Lois. l. c; G. Scopoli Vill. Dauph. 1, p. 504; G. nitidum Laterr. fl. bord. éd. 4, p. 225 (1846) ; Valantia glabra Vill. Dauph. 2, p. 554; Thore chl. land. 411 ; Vaillantia crebri- folia St.-Am. agcn. p. 424.

Hfib. Ouest, Bordeaux, foret de Caune dans le Tarn, Dax, Bayounc; Basses- l'yrénees, Eaux-Bonnes; Pyrénées centrales, Barréj/cs, Pic-de-lHéris, port de Vieille, Crabère, Endretlis, Bernadouse; Pyrénées-Orientales, Prats- de-Mollo. Canifiou, mont Louis, Eynes, etc.; Alpes, mont Genèvre (li//.),- Corse. '^ Juin-juillet.

IILHIACÉKS. 17

Sect. 2. PLiTYGiuuM A'orli, si/n. 5()/<, Infloresconce en /jonùM/r termi- nale; fleurs hermaphrodites ; pédoncules fruclilores dresses; leullles Iriucniccs.

G. ROTUN>DiFOi.ii.iiu L. sp. 150 ; D C. fl. fr. 4, p. 2(')0 ; Dub. bot. 251 ; Lois. (jciU. 1, p. \\A\ Aspcrula lœvigala p. Lam. dict. J, j). 2U8. 7f'. /y(//T. /". 525; MorlsoiiyS. 9. /rt6. 21, /. A. Fleurs en panicule leniiinale , lanieuse-lricholoine , très-ldchef étalée. Fruits hérissés d'aiguillons crochus au sommet. Feuilles d'un vert gai, verticillées par quatre, ovales ou ovales-arrondies ^ brièvement pétiolées, non cuspidées, à 5 nervures ordinairement pourvues, ainsi que les bords, de poils blancs, raides, allongés, dirigés en bas; les verticilles inférieurs rapprochés. Tige de 2-4 décimètres , ^reVc, fragile, dressée, simple, glabre ou pubescenle. Fleurs blanches.

Hab. Forêts des monta^ïnes de grès et de granit de la chaiue des Vosges de- puis Sarrebourg jusqu'à (iiromagiiy; thaiue du Jura dans la région des sapins; Je Bugey; descend jus(|u'à Ly ;n; Dauphiné, St.-Nizier, Chami)-Rousse, (iratuio- Charlrouse près de (ireuoljle, etc.; Auvergne; Haute-Loire (f.efoq et Lni)n)tte!); Pyrénées, Madrés, Salvanaire, val d'Eyues, LIaureuti, Capsir, port de Vieille; nioutagnes de la Corse. ^ Mai-juin.

G. EI.I.IPTICUIII Willd. en. sp. 1815; G.Barrelieri Salzm. bot. Zeit. 1821, j3. 107; Dub. bot.^bl; Lois. gall. 1. p. 114; G. ovali- folium Schott in Isis 1818, p. 821 . le. Barr. tab. 524; Bocc. Sicil. tab. 6,f.\; Morison, s. 9, tab. '^l , f. 5. Cetteespèce que beaucoup d'auteurs réunissent à la précédente en diffère par les caractères suivants : panicule plus rameuse , plus irrégulière, et à fleurs plus nombreuses; pédoncules et pédicelles caj)illaireSf beaucoup plus tenus que dans le G. rotundifolium (ce caractère suffirait à lui seul pour faire distinguer les deux espèces); feuilles plus nettement sessileSf et couvertes de longs poils; tiges moins grêles et plus rameuses, hérissées de longs poils horizontaux. Enlin la station des deux plantes est un caractère qui doit aussi être signalé.

Hab. Toulon? [Auz-andre); basses montagnes de Corse, Bastia, Ajaccio, etc. ^ Mai-juin.

G. BOREAI^E L. sp. 156; DC. fl. fr. 4, p. 265, et 5, p. 498 ; Dub. bot. 251; Lois, gall.] , p. HA. Le. J . B . hist . o, p.liQ, cap . 6. Schultz, exsiec.eent. 5, îi°80. Fleurs en cyme terminale, formant un thyrse très-serré^ à rameaux opposés et dressés. Fruits hérissés, rarement glabres. Feuilles d'un vert gai , un peu coriaces, verti- cillées par quatre , linéaires-elliptiques , obtuses, un peu hérissées sur les bords réfléchis, munies de 5 nervures glabres. Tige de 2-4 décimètres, quadrangulaire, raide, dressée, très-feuillée, un peu rameuse, glabre ou pubescente. Fleurs blanches.

a. genuina. Fruits hispides. G. nervosum a. Lam.fl. fr. 5, p. 578. SchultZy eœsicc. 580.

p. scabrum. Fruits scabres.

TOM. II. 2

18 RUBIACÉES.

y. glahnnn. Fruits glabres et rugueux. G. ruhioïdesvar. p. D C. /?. /r.4,î).255; G. orbibracteatum Chaub. inSt.-Am.Agen.tabA\ G. hyssopffoUum Hoffm. d. fl. 1 , p. 71 ; Lois. gall. \ , p. 108; G. ru- bioïdes Poil. pal. 1, p. loO {non L.); Noulet, fl. s. pijr. 501.

Hab. Prés humides des montagnes; sur le grès vossien à Bitche; Strasbourg, Colmar- Vosges au Honneck; toute la région des sapins de la chaîne du Jura; Alpes et' Pyrénées ; Toulouse ; Agen ; Bordeaux ; Pauillac; la Vienne; Auvergne; Tro^es; Semur. Nous n'avons pas vu cette plante dans la région des oliviers. "^ Juillet-août.

g 2. Feuilles uninrryiées.

A. Plantes vivaces.

Sect. 5. AspERULOPSis Gren. et Godr. Corolle munie d'un tube saillant, le reste comme dans la section suivante.

G. GT..%iJCiiii L. sp. 156; D C. fl. fr. 4, p. 232; Lois. gall. 1, p. 112; Dub. bot. 249; G. campanulatum Vill. Dauph. 2, p. 526. le. Jacq. aiist. tab. 81; Asperula galioïdesM. B. fl. taur. cauc. 1 , p. 101; DC. prod. 4, p. 58o. SehultZy exsiec. cent. n°279. Fleurs en pan'icules corymbiformes, terminales et axillaires au sommet des rameaux, longuement pédicellées. Corolle à limbe plane et à dia- mètre d'ordinaire plus long que le tube. Fruit glabre, lisse. Feuilles 6-8 par verticille, raides , linéaires, glabres, mucronées, roulées sur les bords munis d'aiguillons, à nervure dorsale prononcée. Tige de 5-7 décimètres, rameuse, dressée, obscurément anguleuse, glabre ou pubérulente à la base. Racine subligneuse , rameuse. Plante glauque; fleurs blanches.

/fab.Fréjus, Toulon, Marseille; Dauphiné , St.-Paul-de-Varces, Séguret, Gap, Grenoble; L\on; Ardèche; Dijon, Plombières; Ingersheim et Rouffac en Alsace; coteaux'pierreux de la Limagne; Gannat, Mont-Lihe et St.-Priest- d'Andelot dans l'Allier; Puy-Crouel en Auvergne; la Vienne; Pyrénées-Orien- tales, Prades, Villefranche, Bancs-de-l'Aze, Carcanet; Toulouse, etc. ^ Juillet.

Sect, 4. EuGALiL'M A'och, syn. 364. Inflorescence en cyme ou en panicule terminale; fleurs hermaphrodites; pédicelles fructifères dressés. Tiges gla- bres ou hérissées, mais dépourvues d'aiguillons réfléchis.

a. Fleurs jaunes. G. AREiVARiCM Lois. gall. éd. 1, p. 85, et cd. 2, t.\,p. 110;

DC. fl. fr. 5, p. 495; Dub. bot. 248; G.hierosolymitanum Thore, chl. land. 40 [non L.); G. megalospermum p. DC. fl. fr. A, p. 249. SchultZy exsiec. n" 868. Fleurs en petites cymes Fextréinité des rameaux, et formant une panicule cour te et subspici forme; pédicelles gros et courts, divari(iués. Lobes de la corolle swfta/gfM^. Fruits /i^se*, glabres, gros (volume au moins double de celui du G. verum). Feuilles verticilléos par 0-10, raijprochées, charnues, linéaires-lancéolées (2-5 millimètres de longueur), muci^onées, im peu roulées en dessous par les bords, hérissées de petits aiguillons ascendants, glabres,

KUHIACÉES, i9

luisantes et lisses sur les deux faces , à nervure inférieure saillante. Tiges de 1-2 tléciniètres, lisses, tétragones, couchécs-éfalées sur le sable, Irès-rauieuses, glabres, Uacine trcs-Ionfpiement rampante (1-8 décimètres), rougeatre, cylindrique et de même dimension dans toute sa longueur. Plante noircissant par la dessiccation ; fleurs d'un beau jaune. Hab. Sables des bords de l'Océan, deBayonne à Brest. ^ Juin-septembre.

O. VERi;iN L. sp. 155 ; DC/I. fr. i, p. 248; Dub. bot. 248; Coss. et Germ. jl. par. 562, tab. 22, B; G. hitemn Lam. fl. fr. 3, p. 381. le. Cam. cpit. 868; Dod.pcmpt. 555. Fleurs en panicule oblongue, très-rameuse et très-serrée; pédicelles fructifères très- étalés. Lobes de la corolle obtus, brièvement apiculés. Fruits lisses, glabres ou velus. Feuilles verticillées par 8-12 (de 1-3 centim.), raides, étroitement linéaires, souvent presque sétacées, luisantes et souvent rudes en dessus, blanchâtres et brièvement pxibescentes en dessous, réfléchies par les bords et canaliculées, munies d'une ner- vure saillante. Tiges de 2-5 décimètres , arrondies, obscurément anguleuses, raides et dressées, étalées et presque couchées dans les sables maritimes {G. verum y. littorale Brebis, fl. Norm. 1856), rameuses au sommet. Plante d'un vert foncé, noircissant par la dessiccation , glabre {G. glabrum Req. mss.), ou pubescente; fleurs d'un jaune foncé, odorantes.

Hab. Prairies, haies, collines, depuis les bords de la Méditerranée jusqu'au sommet des Alpes, du nord au midi, de l'est à l'ouest. ^ Juin-septembre.

ESPÈCES HYBRIDES?

G. nw:coi.owi.\Txs Nobis; G. ochroleucum Rochel, bann. tab. 8, /". 20, {non Kit.); G. vero-mollugo Wallr. Sched. hybr. 64; Bluff et Fing. comp. germ. 1, p. 250; D C. prod. 4, p. 605 [non Lecoq et Lam.); G. verum p. /?. S. syst. 5, p. 255; G. vero-elatum? Nob. Cette plan te a été considérée comme espèce, comme hybride et comme variété. Selon Wallroth, elle a pour mère G. verum, et pour père G. Mollugo {G. elatum). C'est avec le G. verum qu'elle a une intime ressemblance. Elle en difl'ère par ses fleurs d'un blanc-jaunâtre, et par la teinte verte que conservent toutes ses parties après la dessic- cation. Elle se distingue du G. elatum par les mêmes caractères que le G. verum.

Hab. Çà et aux mêmes lieux que ses deux congénères ; Morteau, dans le Doubs {Grenier). ^Juin-juillet.

G. EiMiMEMS Nob.; G. verum p. altissimum Lecoq et Lamotte, cat. 1848, p. 209; G. vero-erectum? Nob. Cette plante a le port du G. verum. Elle en difl'ère par la panicule grêle et allongée, non co7npacte ; par ses fleurs presque une fois plus grandes, et d'un jaune plus pâle; par ses feuilles dont les inférieures sont aussi larges que celles du G, erectum. Elle noircit par la dessiccation,

20 RUBIACÉES.

et n\i fie rapport avec le G. erectum que parla paniciile et la dimen- sion do? fioiirs. Hnb. Puy-de-Dôme, sur les bords de l'Allier {Lecoq et LamnUe). 2/^ Juillet.

fi. APPROXiMATUiti Nob.; (t. vero-mollugo Lecoq et Lamotte ! cat. 18 48, ;). 209: G. erccto-verum? Nob. Cette plante a les tiges, les feuilles, et la paniculo dressée du G. erectum^ dont elle diffère par les (leurs jaunâtres et d'un tiers plus petites. Elle n'a que des rapports éloignés avec le G. verum, dont elle se distingue par sa panicule plus maigre, ses corolles plus pales, plus petites et à lobes très-distinctement mucronés. Elle ne noircit pas par la dessic- cation.

Hab. Vallée de Messiac, Dienue dans leCanlal {Leroq etLnmottc!). ^ Juillet.

€r. AMBiGVUiM Nob.; G. vero-erectum Lecoq et Lamotte mss.! G. elato-verum? Nob. Le port de cette plante rappelle celui du G. Mollugo, dont elle s'éloigne par ses ûems jaunâtres, plus nom- breuses et de moitié plus petites. Elle ne saurait se confondre avec le G. verum dont elle ne se rapproche que par la teinte jaunâtre et la petitesse de la corolle. Les lobes des corolles sont mucronés, et les parties vertes ne noircissent pas par la dessiccation.

Hab. Le Cantal (PaU/ouo:.', Lecoq et Lamoite '.). 2^ Août.

b. Fleurs blanches ou rouges, i . Tiges dressées ou ascendantes ; panicule pyramidale, dressée.

G. PBRPUREUM L. sp. 156; Dub. bot. 248; Lois. gall. \, p. 112; G. rubrum DC. fl. fr. 4, p. 25i. Le. J. B. hist. 5, p. 721, f.sup. Fleurs nombreuses, d'im rouge de sang, très-petites (leur diamètre n'atteint pas 2 millimètres), en panicule longue, étroite, très-rameuse, à rameaux dressés; bractées linéaires et sem- blables aux feuilles, égalant les pédicelles ; ceux-ci courts, de la longueur du fruit, penchés à la floraison, redressés à la maturité. Lobes de la corolle acuminés et infléchis. Fruits glabres et rugueux. Feuilles verticilloes par 8-10, linéaires, très-étroites, mucronées, bi-sillonnées et à nervures saillantes en dessous, denticulées-ciliées aux bords et sur la nervure. Tige de 1-3 décimètres, quadrangu- lairc, pubescente, dressée, très-rameuse.

Hab. La Provenre, Seillans {Gér.), Grasse {Durai, Girodg), Antibes {Req.), Enlrevan\ dans les Basses-Alpes [Jordnu). ^ août.

O. SVI.V.4TICBM L. sp. 155 ; DC. fl. fr. 4, p. 252; Dub. bot. 24'» ; Lois. gall. 1 , p. 112 ; Jord. obs. 5*^ fragm. 1846, p. 97. le. .f. B. hist. 3, p. 710, /■ inf. Fleurs blanches, en panicule lâche, }P(\s-(livisée, très-ample, rameuse -trichotome, à rameaux grêles ; bractées